Conséquence d’un excès de sucre dans le sang, le diabète est un fléau qui frappe près de 180 millions de personnes sur la planète. Maladie sournoise qui de par son caractère indolore passe souvent inaperçue, 700 000 français en souffriraient pourtant sans le savoir !

Le diabète est une maladie chronique qui se développe dans l’organisme en raison d’un taux anormal de glucose dans le sang. Lors des repas, les lipides, les glucides et les protides contenus dans les aliments apportent au corps l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement. Le taux de sucre présent dans le sang est alors accru et les glucides transformés en glucose.

Un phénomène géré par le pancréas qui vient sécréter de l’insuline dans le but de réguler la glycémie. Chez les diabétiques, le pancréas produit une trop faible quantité d’insuline, ce qui engendre un dysfonctionnement et provoque l’apparition du diabète.

Les différents types de diabète

Également surnommé DID (diabète insulino-dépendant), le diabète de type 1 concerne environ 10% à 15% des diabétiques. Touchant des individus de moins de 30 ans, il se déclare généralement durant l’enfance ou l’adolescence.

Les cellules bêta du pancréas sont alors endommagées et ne fabriquent plus d’insuline. Ce trouble comporte des conséquences pénalisantes pour les personnes touchées puisqu’elles sont dès lors soumises à un régime alimentaire drastique. Dans les cas les plus graves, une injection constante d’insuline par le biais de pompes à insuline ou de stylos est obligatoire. Ces procédés demeurent aujourd’hui les seuls traitements adaptés.

Les causes

Dans certains cas lié au style de vie (surpoids et manque d’activité physique), le diabète de type 1 doit son apparition dans l’organisme à une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux (virus). Ce type de diabète est d’ailleurs fréquemment associé à des maladies telles que le vitiligo, la thyroïdite ou encore la maladie d’Addison…

Les symptômes :

  • grande fatigue
  • soif abondante
  • forte envie d’uriner
  • perte de poids

Le diabète de type 2 ou DNID (diabète non insulino-dépendant) est une maladie évolutive qui concerne 85% à 90% des cas. Frappant les personnes de 40 ans et plus, « le diabète de la maturité » peut exceptionnellement apparaître chez des jeunes individus dont plusieurs cas sont connus en France. Contrairement au diabète de type 1 où l’on note l’absence de production d’insuline, cette fois-ci l’organisme en sécrète mais en trop petite quantité par rapport à la glycémie.

On parle alors d’hyperglycémie. Le plus souvent indolore, le diabète de type 2 est difficilement détectable (5 à 10 ans entre les premiers symptômes et le diagnostic). Il peut être soigné dans un premier temps par des traitements de nature hygiéno-diététique (amélioration du style de vie en tendant, par exemple, vers une alimentation saine) ou par injection d’insuline.

Les causes

Comme pour le diabète de type 1, on trouve des facteurs de nature héréditaire ainsi que des facteurs environnementaux. Néanmoins, entretenir une mauvaise hygiène de vie reste le principal élément déclencheur.

Les symptômes :

  • grande fatigue
  • urine abondante
  • soif intense
  • perte de poids
  • cicatrisation lente
  • picotements aux pieds et aux doigts
  • organes génitaux infectés

Le diabète gestationnel, contracté à partir du 2ème trimestre de la grossesse, touche environ 4% des femmes enceintes. Développé uniquement durant la grossesse, il contraint tout de même les patientes qui en souffrent à s’astreindre à un régime strict. Attention, les femmes atteintes de ce type de diabète lors d’une première grossesse auront tendance à le développer lors d’une seconde. Il est donc fondamental d’effectuer des examens réguliers suite à l’accouchement du premier enfant.

Le dépistage du diabète

Si le diabète n’empêche pas de vivre, il peut néanmoins engendrer des conséquences tragiques (cécité, amputation, infarctus, trouble de l’érection, insuffisance rénale). Pour savoir si vous êtes concerné, une analyse de sang en laboratoire peut vous permettre de détecter cette pathologie. Parlez-en à votre médecin traitant, il vous prescrira un dosage de la glycémie à jeun, soit une analyse du taux de sucre dans le sang. Sachez qu’à titre préventif, une bonne alimentation et une activité sportive régulière sont les meilleurs réflexes à adopter pour prévenir les risques de cette maladie.

Cet article vous a plu?

Cet article vous a plu?

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les prochains articles directement dans votre boîte mail! 

Votre inscription s'est déroulée avec succès.