Que vous soyez célibataire, divorcé ou veuf, sachez qu’il n’y a pas d’âge pour faire des rencontres. La solitude n’est pas une fatalité, le tout est d’être décidé et quelque peu organisé. Aujourd’hui, les tabous tombent l’un après l’autre et les mentalités ayant évolués, beaucoup de seniors franchissent le pas en recherchant un partenaire complice pour rompre leur solitude, discuter, voir même refaire leur vie. Dans une société en perpétuel mouvement, retrouver une relation amoureuse épanouie est très important car elle vous apporte non seulement un regain de confiance mais aussi un soutien en la personne de l’être aimé. 

Les célibataires retraités pensent souvent à tort qu’ils sont seuls dans ce cas. Les sites Internet de rencontres destinés seniors, les agences matrimoniales et même, certaines émissions télévisées ou bouquins (coucou 50 nuances de grey), prouvent pourtant que la demande est bien réelle et que nombre de seniors recherchent l’âme sœur.

La solitude n’est pas un fin en soi

Certes, redémarrer une relation amoureuse après être resté seul pendant des années n’est pas une chose aisée. Les obstacles peuvent paraître nombreux (problèmes de santé, mobilité réduite, budget limité etc.). Mais dites-vous bien qu’ils n’ont rien à voir avec l’âge. À toutes les périodes de l’existence, on peut y être confronté et ils ne doivent pas être un frein à votre démarche.

Dans une enquête récente menée par le Figaro, il ressort que “le nombre de mariage en France a diminué de 10% tandis que dans le même temps, les unions de seniors de plus de 60 ans ont augmenté de 17 %.”

Avec l’allongement constant de la durée de vie, nous avons plus de temps pour les loisirs, pour s’adonner à ses passions, voyager, se faire des amis, et aussi… pour faire des rencontres amoureuses ! Alors pas question de vous laisser dépérir ! Au contraire, profitez de votre expérience et de votre liberté pour vous épanouir affectivement.

Les Seniors ont une vie sexuelle très épanouie!

Selon une étude, américaine cette fois, qui a été menée sur un échantillon de plus de 3000 hommes et  femmes de 57 à 85 ans, les seniors continuent à avoir une activité sexuelle régulière, même si les personnes interrogées admettent que les rapports sont moins fréquents que dans leur jeunesse. Un autre tabou est enfin levé !

Les seniors aiment séduire, plaire et faire l’amour ! L’avènement d’une petite pilule bleue en serait-elle la seule raison ? Pas du tout, et là encore, les chiffres de cette étude parlent d’eux-mêmes : 74% des 57-64 ans 53% des 65-74 ans et plus de 25% des 75-85 ans indiquent avoir eu plus d’un rapport durant l’année précédant l’étude. Il s’avère aussi que la sexualité des seniors, si elle est moins fréquente, aurait une qualité bien supérieure.

Plus de temps = plus d’activités sexuelles?

Détachés des problèmes des plus jeunes (stress dû aux cadences de travail, enfants à la maison etc.), ils prennent le temps nécessaire, s’amenant plus facilement au désir. De plus, s’il s’agit de couples de longue date, ils retrouvent souvent un regain d’énergie sexuelle au moment de la retraite et se connaissant parfaitement, la qualité des rapports en est forcément augmentée.

Si dans leurs jeunes années, le désir les conduisait à l’amour, la maturité venue, c’est l’amour qui guidera leur désir, la confiance se révélant alors comme un atout pour une bonne relation amoureuse. La sexualité étant le contraire de l’égoïsme, son partage renforce la complicité.

Enfin, en réalisant ce reportage, nous n’avons pas pu résister à nous référer à l’échelle d’ajustement dyadique de Spanier (instrument basé sur un questionnaire qui mesure la satisfaction conjugale). On y observe par exemple qu’au Canada, les personnes de plus de 65 ans obtiennent une moyenne de 119 points alors que la moyenne nationale n’est que de 114. Quand on vous disait que les séniors cachent bien leur jeu !

Cet article vous a plu?

Cet article vous a plu?

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez les prochains articles directement dans votre boîte mail! 

Votre inscription s'est déroulée avec succès.